•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

 

Le projet  est le résultat de l’interaction entre:

- le contexte paysager :

  • prise en compte de la pente descendante du terrain en direction sud-ouest
  • volonté de préserver une transparence visuelle vers le paysage depuis la zone pavillonnaire au nord-est.

- le contexte réglementaire :

  • nécessité d’implanter les bâtiments équestres à une distance minimum de 100m des limites des parcelles accueillant des habitations,
  • impossibilité d’implanter des bâtiments dans la zone inondable au sud.

- le programme :

  • présence d’au moins 3 aires d’évolution  dont une couverte (le manège 20x40m) et deux ouvertes (la carrière 30x70m et l’aire d’évolution de l’écurie active) dont la platitude doit nécessairement se confronter avec la déclivité naturelle très prononcée de l’environnement.

- le concept :

  • défi de concevoir des « architectures » où la frontière entre le paysage et le construit, entre la nature et l’artifice, s’efface jusqu’à sa disparition. Il n’y a plus «d’objet architectural »,  ni « d’aménagements extérieurs », l’ensemble s’inscrit à l’intérieur d’un mouvement naturel du terrain, dans la création d’une « géographie » où les utilisateurs se trouvent abrités dans des concavités presque naturelles du terrain.

Les niveaux des trois plateformes ont été étudiés pour équilibrer au maximum les déblais et remblais.

Chaque plateforme est étudiée de façon que la toiture végétalisée du construit soit implantée au même niveau de la plateforme se situant en amont.

De ce fait le construit, comme dans une « coupe géologique », est gravé dans la pente du terrain et les plateformes s’ouvrent sur le paysage au nord-est et au sud-ouest sans obstacles visuels.

Le construit est incrusté entre les plis des courbes de niveaux et caché à la vue depuis les zones pavillonnaires au nord-est.

Au sud, en suivant le profil descendant du terrain en direction sud-ouest les bâtiments et les terrains d’évolution s’ouvrent sur le paysage et sur la déclivité naturelle de la zone inondable.

Chaque plateforme est identifiée par un traitement différent des murs de soutènement et des façades des bâtiments en continuité comme dans une stratification et notamment :

  • murs végétalisés pour la plateforme à 460 NGF
  • murs en gabions pour la plateforme à 465 NGF
  • murs en bois tressé pour la plateforme à 469 NGF

Le projet  est structuré autour des trois plateformes implantées respectivement à 460 NGF, 465 NGF et 469 NGF.

- La plateforme 0, la plus basse, à 460 NGF accueille :

  • une trentaine de places de stationnement et 2 places pour les vans avec la possibilité d’implanter un rond de longe de 15m de diamètre
  • le bâtiment dit « 0 » intégrant : le manège couvert 20x40m, le club house ouvert sur le paysage au sud-ouest et sur le manège au nord-est, le studio, la zone d’accueil des poneys

Celle-ci constitue la plateforme d’entrée au centre équestre, sa « carte de visite », son « cœur » ouvert au public et à la commune.

Le logement du gardien, situé à l’entrée du centre, à l’ouest de la voirie d’accès, construit sur pilotis, est entouré de balcons qui s’ouvrent sur le paysage.

- La plateforme 1 intermédiaire à 465 NGF accueille :

  • la carrière 30x70m
  • le  bâtiment dit « 1 » intégrant : la zone poneys, les écuries avec 10 boxes, sellerie et zone de pansage, un local de stockage du fourrage, la fumière. Celle-ci est implantée de façon barycentrique par rapport au centre et présente une large ouverture sur le toit.

- La plateforme 2, la plus haute à 469 NGF,  accueille :

  • l’aire d’évolution de l’écurie active
  • le bâtiment dit « 2 » intégrant : deux locaux de stockage (fourrage et matériel), le box d’intégration, l’aire de couchage

Le projet s’efforce d’établir une séparation entre les différents parcours :

  • piétons, spectateurs, familles, invités
  • chevaux, cavaliers, propriétaires, écoliers d’équitation
  • personnel, entretien, livraison

Le projet est structuré autour de deux axes carrossables qui connectent  les différentes plateformes au nord-est en amont et au sud-ouest en aval.

Pour les piétons,  un système de gradins s’inscrivent dans les talus crées et coté nord-est se prolongent avec un système d’assises paysagères donnant sur les terrains d’évolution et sur le paysage.

Un système de portails amovibles peut à l’occurrence assurer la séparation entre segments ouverts au public et ceux dédiés plus particulièrement aux chevaux et aux employés du centre selon exigences ou évènements particuliers.

 

  • LIEU : Izernore (01)
  • MAITRE D’OUVRAGE : Commune d’Izernore / SEMCODA
  • MAITRE D’OEUVRE: B+C Architectes
  • PROGRAMME : Construction d’un centre équestre 30 équidés, écuries actives et logement de fonction
  • SURFACE : 1 800m² + 5 050m²  extérieurs
  • COUT : 3,75 M €

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Publié dans concours, projets